Construit en 1727 et achevé en 1753, l'hôtel de Biron, situé rue de Varenne, fut dessiné par l'architecte Jean Aubert dans un somptueux parc de trois hectares, en plein coeur de Paris pour le financier Abraham Peyrenc de Moras. À sa mort, l'hôtel fut loué à la belle fille de Louis XIV (la duchesse du Maine Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé) pour finalement être vendu au maréchal de Biron et rebaptisé de son nom.

Image1cour d'honneur (avant la démolition des annexes)

illpg_016_lgfaçade sur le jardin

Ce n'est qu'en 1900, que le bâtiment accueil provisoirement de nombreux artistes dont Jean Cocteau, Henri Matisse et bien sûr Auguste Rodin qui s'y installa en 1908. Cette photo montre l'hôtel et le jardin, à cette époque, qui recevait la collection personnelle antique de sculptures de l'artiste.

rodin-musee-parisCharles Berthelomier, L'Hôtel Biron, côté jardin, vers 1910

Un échange de bons procédés, comme tant d'autres, puisque Rodin propose à l'État Français, propriétaire du domaine, de remettre à l'État l'intégralité de ses collections, à condition que l'hôtel Biron devienne le musée Rodin. Ses collections se compensent des sculptures ainsi que ses photographies, archives, dessins, droits patrimoniaux, meubles et objets personnels. 


Un écrin parfait pour l'artiste Auguste Rodin

photo6 (2)

Forte d'une rénovation encore toute fraîche, je suis reparti à la découverte de ce musée, qui malgré un cadre somptueux, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, manque selon moi, d'un charme imprespectible, qui fait que l'on s'y sent bien. Je vous recommande une visite le mercredi fin d'après-midi (jour de la nocturne) pour profiter du jardin et déambuler, le soir venu, dans les pièces de l'hôtel avec en décor, le dôme des Invalides illuminé.

photo6 (4)photo6 (3)

Le Penseur avec pour fond de décor un des
monuments les plus resplendissants de Paris :
le dôme doré des Invalides 

Après une balade dans cet espace à l'abrit du tumulte parisien, nous sommes immédiatement impressionnés par l'immense entrée qui nous plonge au sein d'un joyau de l'architecture rocaille parisienne. Cet ancien hôtel particulier accueille sur deux étages les oeuvres, si émouvantes, d'Auguste Rodin, ainsi que sa propre collection d'oeuvres d'art (sculptures et tableau).

photo 1 (1)entrée deservant le rez-de-chaussée et le premier étage

photo6 (5)

photo 1 (4)salles du rez-de-chaussée donnant sur le jardin

FullSizeRender (2)

La présentation porte un nouveau regard sur les collections du musée et le processus créatif de l’artiste est au cœur de la réflexion de ce parcours. À cette occasion, de nombreuses pièces en plâtre, qui illustrent la genèse de l’œuvre de l’artiste, ont été restaurées et sorties des réserves.

Le parcours à la fois chronologique et thématique se déroulera sur 18 salles ainsi qu’un espace dédié aux collections d’arts graphiques et de photos, qui n’existait pas. Une salle (« Rodin à l’hôtel Biron ») restituera la présence de Rodin à l’hôtel Biron, sa demeure à partir de 1908. Le mobilier a été restauré à cette occasion, et ce cabinet de curiosités présentera à la fois des œuvres du maître mais également des éléments de sa collection d’antiques à laquelle il tenait beaucoup. Cette collection, peu montrée jusqu’à maintenant, fera elle aussi l’objet d’une présentation dans la salle « Rodin et l’Antique », plus de cent fragments antiques entourant l’Homme qui marche seront accrochés au mur, reflétant l’admiration que Rodin portait à l’Antique ainsi que la diversité de sa collection.

L’accrochage d’une cinquantaine de peintures de la collection de l’artiste sera également une découverte pour le public, Le Père Tanguy de Van Gogh ou Le Penseur d’Edward Munch, mais aussi Le Théâtre de Belleville d’Eugène Carrière restauré pendant 3 ans au Centre de recherche et de restauration des musées de France, qui a retrouvé son éclat.

- See more at: http://www.musee-rodin.fr/fr/le-musee/renovation-de-lhotel-biron#sthash.gfAiQiNW.dpuf

Faisant suite à la restauration complète de l'hôtel, pendant trois années, la présentation porte un nouveau regard sur les collections du musée et le processus créatif de l’artiste. Le parcours à la fois chronologique et thématique se déroulera sur 18 salles ainsi qu’un espace dédié aux collections d’arts graphiques et de photos. Le mobilier a été restauré à cette occasion ainsi que le parquet soumis aux nombreux pas des visiteurs. Un cabinet de curiosités présente des œuvres du maître mais également des éléments de sa collection d’antiques à laquelle il tenait beaucoup et dont nous observons la qualité sur la photo au début de l'article. Cette collection, peu montrée jusqu’à maintenant, fera elle aussi l’objet d’une présentation dans la salle « Rodin et l’Antique », plus de cent fragments antiques entourant l’Homme qui marche seront accrochés au mur, reflétant l’admiration que Rodin portait à l’Antique ainsi que la diversité de sa collection.

123 (3)sculpture : la Cathédrale réunit en une même œuvre deux mains droites, appartenant à deux figures distinctes

Cette collection l'aide dans son travail de sculpteur. Quand Rodin isole une partie d’un corps, il y concentre toute l’énergie d’un mouvement et rassemble le regard sur ses lignes de force. Rodin est donc l'artiste qui assure transition vers la modernité, par l’audace des formes qu’il impose à cette nouvelle sculpture

L'étude du corps de la part de Rodin devient obsessionnelle. Rodin n’a eu de cesse d’étudier le corps humain. Mais pour lui, le corps est rarement idéal, conforme à la représentation classique et fait appel à des vagabonds pour étudier avec minutie, ce corps réel et souffrant, illustrant parfaitement la dureté de la vie.

photo 1 (2)

Rodin donne à voir cette réalité, vouant une absolue fidélité à la perception qu’il a d’une Nature, à l’origine de tout ; car " tout l’art se trouve dans la nature et le besoin d’exprimer la vie ". Rodin avait heurté le sens commun avec L’Age d’airain en surexposant le corps, au point que l’on a cru d’avoir moulé celui de son modèle. Un véritable scandale pour l'époque car cette technique n'était pas considérée comme artistique.

IMG_8774

Une belle visite en perspective, à prévoir, dès l'arrivée des beaux jours. Un guide multimédia est disponible, en plus de votre billet d'entrée et nous proposant plus de 2 heures de visite, au sein de l'hôtel mais surtout dans les jardins magnifiques, à travers un plan interactif. Quant au site Internet, ce dernier est agréable, pratique et avec une quantité d'informations riche. 

Rappelons qu’il y a deux musées Rodin, celui à l'hôtel Biron, que nou svenons de voir et le deuxième situé à Meudon. 

La villa des Brillants, située sur les hauteurs de Meudon, est une maison de style néo-Louis XIII, d’allure modeste, en briques et pierres, qui fut achetée aux enchères par Auguste Rodin le 19 décembre 1895. Vous retrouverez de nombreux plâtres, dont ceux des œuvres monumentales de Rodin dans leurs états successifs : La Porte de l’Enfer ou encore Les Bourgeois de Calais.

Une visite à prévoir, tout proche de Paris, mais uniquement les vendredis, samedis et dimanches après-midi. Prenez votre Pass'Navigo et vos lunettes de soleil.

rodin-maison0