« Mais où es-tu ? », voici la question que je demande le plus à mes amis. A l’heure de l’explosion des technologies et des services de géolocalisation, les périphériques portatifs changent radicalement notre manière de nous déplacer et d’appréhender l’espace. Tout avoir à portée de main, à n’importe quel endroit, n’importe quel moment, semble être la promesse de ces outils nouvelle génération, notamment au travers de leur adaptation à l’utilisateur et à sa position géographique.

Recherche locale et contenus adaptatifs

Peu utilisés à l’heure actuelle du fait de l’imprécision des systèmes GPS embarqués sur mobile, les services de géolocalisation adaptatifs sont pourtant sur le point d’exploser. Aux premières loges de cette expansion, Mozilla Labs a récemment présenté [url=http://labs.mozilla.com/2008/10/introducing-geode/]Geode[/url], une nouvelle extension destiné à leur navigateur phare et à sa déclinaison mobile, Fennec. But du projet ? Dans un premier temps, il s’agit d’affiner la marge d’erreur de la localisation d’un usager dans l’espace, au travers de la technologie de [url=http://www.skyhookwireless.com/]Skyhook[/url] et notamment via des hotspots Wifi. Le blog de Mozilla Labs annonce ainsi un temps de réponse d’une seconde, pour une précision d’une dizaine de mètres. Dans un second temps, Geode permet aux sites consultés par l’utilisateur de repérer la position géographique de ce dernier, afin qu’ils lui proposent éventuellement des services ou autres informations géolocalisés susceptibles de l’intéresser. [center][img legend="Geode : la nouvelle extension de Mozilla pour Firefox et Fennec. Screenshot effectué à partir du site Mozilla Labs"]/resources/documents/2545/geode.jpg[/img][/center] Avec de telles avancées, la recherche de points d’intérêts locaux va en être considérablement améliorée. Trouver un commerce ou un hôtel deviendra alors beaucoup plus simple et plus rapide qu’aujourd’hui. Le service Food Finder, propulsé par la nouvelle extension de Mozilla, permet ainsi de rechercher des restaurants à proximité directe de l’utilisateur, selon le type de nourriture servie. En allant un peu plus loin, on peut imaginer des périphériques suggérant des établissements gastronomiques à leur possesseur, en fonction de leurs goûts avérés et leurs habitudes de consommation. De même, la publicité pourrait s’inviter dans ce mode de communication, indiquant à l’acheteur potentiel des « bons plans » et autres promotions qu’il aurait préalablement autorisé. Mais bien que ces outils n’en soient encore qu’à leurs balbutiements, ils tendent à annoncer le visage des mobiles de demain ; plus que des simples extensions portatives de l’Internet classique, leurs capacités d’automatisation et d’adaptativité les transformeront en véritables consciences numériques. De là à l’intelligence artificielle, il n’y a qu’un pas.

Peu utilisés à l’heure actuelle du fait de l’imprécision des systèmes GPS embarqués
sur mobile, l
es saround-me-guide-741202ervices de géolocalisation adaptatifs sont pourtant sur le point d’exploser. Avec de telles avancées, la recherche de points d’intérêts locaux va
en être considérablement améliorée. Trouver un commerce ou un hôtel deviendra alors beaucoup plus simple et plus rapide qu’aujourd’hui. Le service Around Me, Navx ou bien encore Dismoioù, permettent ainsi de rechercher des restaurants à proximité directe de l’utilisateur, mais aussi les commerces de proximités, les cinémas, les hôtels, et la liste est longue.

En allant un peu plus loin, on peut imaginer des périphériques suggérant des établissements gastronomiques à leur possesseur, en fonction de leurs goûts avérés et leurs habitudes de consommation. De même, la publicité s’invite dans ce mode
de communication, indiquant à l’acheteur potentiel des « bons plans » et autres promotions qu’il aurait préalablement autorisé. Plus que des simples extensions portatives de l’Internet classique, leurs capacités d’automatisation et d’adaptativité les transformeront en véritables consciences numériques. De là à l’intelligence artificielle, il n’y a qu’un pas.

Maitriser l’espace urbain

Autre aspect des nouveaux usages liés aux outils de géolocalisation, l’appréhension des espaces urbains est aujourd’hui le fer de lance des designers de services en mobilité. Faciliter les déplacements au sein de la ville est en effet une thématique récurrente pour les nouveaux périphériques portatifs, mais les solutions GPS actuelles restent peu performantes pour un simple piéton. Dans cette optique, une équipe de l’Université de Berkeley a travaillé sur un logiciel de personnalisation de [url=http://www.atelier.fr/applications/10/20082008/la-geolocalisation-se-personnalise-pour-servir-37029-.html]cartes en mobilité[/url], permettant à l’utilisateur de ne sélectionner que les éléments susceptibles de l’aider dans son déplacement : bâtiments historiques, routes principales, lieux culturels, etc. Encore à l’état d’expérimentation, ce projet à l’origine destiné aux touristes illustre bien la nécessité d’adapter le contenu à l’utilisateur. [center][img legend="l'application Vélib sur iphone"]/resources/documents/2545/windowslivewriterdesvelibsdansmoniphone-13176ss37.png[/img][/center] Initiative évidemment française, l’application iPhone [url=http://mobile.webdeux.info/velib-iphone-retouvez-lensemble-des-informations-relatives-aux-velib-sur-votre-iphone]Vélib[/url] propose quant à elle de renseigner la position exacte des stations des bicyclettes parisiennes, ainsi que leur disponibilité. Les outils de géolocalisation peuvent également aider les automobilistes. Ford a ainsi développé service avertissant les usagers de la perturbation du trafic et les accidents potentiels. Couplé à un système de navigation GPS, ce type de solution permet de définir un trajet optimal, évitant à son utilisateur bouchons et autres ralentissements. Au-delà ce cette micro gestion des déplacements, destinée à un utilisateur défini, les outils de géolocalisation pourraient également servir une macro gestion de ces flux. En effet, la multiplication des périphériques portatifs de communication ainsi que leurs technologies de positionnement pourraient voir émerger des systèmes pervasifs autonomes, permettant de faciliter automatiquement les déplacements de personnes et de véhicules dans un espace urbain. Science-fiction ? Attendons juste quelques années pour l’affirmer…

Autre aspect des nouveaux usages liés aux outils de géolocalisation, l’appréhension des espaces urbains est aujourd’hui le fer de lance des designers de services en mobilité. Faciliter les déplacements au sein de la ville est en effet une thématique récurrente pour les nouveaux périphériques portatifs. Dans cette optique, l’utilisateur peut sélectionner les éléments susceptibles de l’aider dans son déplacement : bâtiments historiques, routes principales, lieux culturels, etc.

Initiative évidemment française, l’application iPhone Vélib propose quant à elle de renseigner la position exacte des stations des bicyclettes parisiennes, ainsi que leur disponibilité.

iTunesvelib-20100520-122732

Poser des limites

« Toujours savoir où vous êtes ». Si l’accroche de la nouvelle extension expérimentale de Mozilla se veut avant tout témoin de son aspect révolutionnaire, elle peut également faire peur. En effet, bien que le service demande l’aval de l’usager à chaque sollicitation de géolocalisation, il est facile d’imaginer les dérives que pourraient engendrer des outils semblables, notamment au travers de la traçabilité des personnes. Les sites communautaires, de vente en ligne ou d’informations importants développant à l’heure actuelle des solutions adaptées à la géolocalisation, il parait important de rendre transparente la manière dont ils communiqueront les informations de leurs utilisateurs. De plus, les conditions générales de vente des services en ligne étant rarement lues en entier, des concepteurs peu scrupuleux pourraient alors en profiter pour transformer leur outil miracle en véritable Big Brother. L’adaptativité des contenus, sujet sensible au cœur de cette problématique, doit être limitée et affinée pour mettre l’accent sur la qualité des services consultés, et non sur leur quantité…

« Toujours savoir où vous êtes ». Si l’accroche de la nouvelle extension expérimentale de Mozilla se veut avant tout témoin de son aspect révolutionnaire, elle peut également faire peur. En effet, bien que le service demande l’aval de l’usager à chaque sollicitation de géolocalisation, il est facile d’imaginer les dérives que pourraient engendrer des outils semblables, notamment au travers de la traçabilité des personnes.